Construction
de logements,
pour un nouveau
pacte social
français

Livre Blanc

La Filière Terre Cuite interpelle politiques, institutionnels et ONG concernés par la construction et le logement.

Adressé à plus de 500 personnalités, le Livre Blanc de la filière terre cuite édité fin 2016 intitulé « Construction de logements, pour un nouveau pacte social français » interpelle les candidats à l’élection présidentielle 2017 sur les problématiques de la construction, de l’urbanisme et du développement local.

À ce titre, le document a été présenté aux équipes des candidats aux présidentielles qui se sont ainsi positionnés sur les propositions de la filière. Tous reconnaissent la pertinence des propositions de la filière terre cuite.

fftb_icon_download_32x32Télécharger le Livre Blanc

1.

Le bâtiment
n’est pas un bien
de consommation

La construction ne doit pas s’inscrire dans une logique du jetable

À l’heure où notre mode de consommation prône une économie du jetable et de la dématérialisation, la FFTB rappelle que le logement est un patrimoine, souvent le seul de nos concitoyens, qui les prémunit des aléas de l’avenir et participe à la solidarité intergénérationnelle en permettant la transmission.

L’assurance qu’il conserve sa valeur est essentiellement conditionnée par sa durabilité. Encore faut-il qu’elle soit véritablement prise en compte et que les critères de choix ne se résument pas à des constructions :
+ peu durables sous prétexte d’un besoin de mobilité mais coûteuses en entretien et rapidement dépréciées,
+ dont l’empreinte environnementale et économique ne peut pas être amortie sur une durée de vie réaliste,
+ utilisant des matériaux polluants ou peu recyclables.

Il convient donc de favoriser l’utilisation de matériaux à longue durée de vie et dont les caractéristiques de performance (par exemple thermiques ou mécaniques) sont conservées et garanties tout au long de leur vie.

Valorisation de la durée de vie de nos logements

Nous avons besoin de logements qui durent et besoin de lutter contre l’obsolescence programmée dans ce secteur, d’autant que les prêts immobiliers peuvent maintenant s’étaler sur plus de 35 ans.

Suite aux discussions lors de à la LTECV (Loi de transition énergétique et pour la croissance verte), la FFTB propose d’imposer une obligation d’affichage de la durée de vie  des matériaux de construction.
Quelle serait votre approche ?

 

Emmanuel MACRONlogo-En-Marche-NEW

Il faut renforcer la lutte contre l’obsolescence programmée en renforçant l’affichage de la durée de vie (des appareils électroménagers).
Il faut étendre le système de bonus-malus sur l’éco-contribution, pour favoriser les produits durables, tout en pénalisant les produits néfastes pour l’environnement.

Icon arrow Programme de campagne

 

François FILLONlogo-Parti-Republicain-NEW

Le chantier n’est pas fermé sur la future RT et on doit effectivement prendre en compte l’ensemble des facteurs environnementaux pour faire des choix sains. La durée de vie, le transport doivent être mieux pris en compte.

Questionnaire FFTB

 

Benoit HAMONlogo-Parti-socialiste-NEW

Il faut lutter contre l’obsolescence programmée via une incitation à réutiliser les matériaux et à faire de l’écoconception.

Icon arrow Site de campagne

 

Marine LE PENlogo-Front-National-NEW

Imposer un affichage de de la durée de vie pour les produits (d’une valeur supérieure à 30% du SMIC) paraît une excellente idée. La seule restriction est de ne l’imposer que pour les produits ou cette évaluation est réaliste.

Questionnaire FFTB

 

Jean Luc MÉLENCHONlogo-avenir-en-commun-NEW

Nous partageons les grandes lignes des propositions et engagements concernant la localisation de la production des matériaux de construction, son insertion dans l’économie locale, le recyclage de matériaux de déconstruction, la durabilité et la qualité du bâti

Questionnaire FFTB

Il convient de lutter contre l’obsolescence programmée des biens de consommation par un allongement des durées de garanties légales des produits. Il faut également soutenir les initiatives s’appuyant sur la réutilisation des matériaux et développement des filières scolaires et universitaires professionnelles du secteur de l’économie circulaire

Extrait de « L’avenir en commun »

2.

S’engager pour
un nouveau pacte territorial
valorisant les ressources, l’économie
et les produits locaux

Produire localement, employer localement, utiliser localement

La filière de la construction et celle de la production des matériaux qu’elle utilise sont une source considérable d’emplois et de richesses des territoires. Encore faut-il qu’elles profitent à l’économie locale.

Valoriser les territoires, c’est également :
+ développer des symbioses industrielles (par exemple faire des déchets des uns les ressources des autres) et mettre en œuvre véritablement une économie circulaire à circuit court,
+ faciliter l’accès aux ressources minérales et énergétiques (ouverture optimisée des carrières et valorisation de la méthanisation et du biogaz),
+ développer l’attractivité des territoires car les produits et l’architecture témoignent de savoir-faire et diversité du patrimoine local.

Il convient donc de favoriser l’utilisation des produits de construction locaux (via par exemple les plans locaux d’urbanisme ou les marchés publics) car ils participent à la richesse du patrimoine et à une bonne gestion et valorisation des ressources naturelles et « géosourcées » (à l’exemple de l’argile renouvelable).

Valorisation de la production et de l’activité locales

Nous avons besoin de filières de construction qui fassent vivre nos territoires en faisant notamment appel à l’ensemble des corps de métiers de nos régions : maçons, couvreurs, plâtriers, charpentiers etc. C’est la manière de pouvoir lutter efficacement contre la désindustrialisation et la désertification de nos territoires.

La FFTB demande une meilleure prise en compte des critères locaux dans les appels d’offres publics, par exemple en intégrant des critères sur le transport, les indications d’origines (IG,..).
Qu’en pensez-vous ?

 

Emmanuel MACRONlogo-En-Marche-NEW

Il faut développer une économie résidentielle fondée sur la rénovation du bâtiment, le tourisme et la revalorisation des produits locaux.

Extrait de « Révolution »

 

François FILLONlogo-Parti-Republicain-NEW

Nous nous engageons à renforcer la prise en compte des clauses environnementales (transport des matériaux, durée de vie des matériaux,…) dans les appels d’offre locaux, des intérêts qui rejoignent directement les intérêts de nos territoires.

Questionnaire FFTB

 

Benoit HAMONlogo-Parti-socialiste-NEW

Pour une économie renforcée face à la mondialisation, il faut accorder une la priorité au « MADE IN FRANCE » en introduisant des clauses sociales, environnementales, d’emploi et de « produire local ».

Icon arrow Site de campagne

 

Marine LE PENlogo-Front-National-NEW

Cette idée fait sens en termes de cohésion des territoires et du point de vue écologique. La suppression du statut des travailleurs détachés en France en finira par ailleurs avec la concurrence déloyale que subissent les artisans dans nos régions.

Questionnaire FFTB

 

Jean Luc MÉLENCHONlogo-avenir-en-commun-NEW

Il convient de défendre et  reconstruire le maillage de transports en commun et de services publics sur tout le territoire, dans les départements ruraux et les quartiers populaires.

Extrait de « L’avenir en commun »

0
pages d’analyse
0
thèmes transversaux
0
propositions
de la filière terre cuite

3.

Une urbanisation
au service des citoyens

Promotion d’un urbanisme répondant aux aspirations des habitants 

Les Français ont des aspirations fortes en matière de logement (vivre ensemble et désir d’intimité par exemple) et il s’agit d’y répondre par de nouveaux modes d’urbanisme qui revaloriseront la maison individuelle (ou ses variantes) plébiscitée par les français comme le logement idéal tout en répondant aux aspirations à des équipements et services de proximité et à la préservation des espaces naturels.

Il est possible de promouvoir des nouvelles formes d’urbanisme avec maison individuelle qui répondent également aux préoccupations en matière de lutte contre l’étalement urbain.

La répartition des compétences urbaines peut être plus efficace pour répondre aux attentes des habitants.

+ La FFTB propose de redonner du pouvoir aux maires en associant les citoyens pour les décisions sur le foncier,
+ La FFTB propose une rédaction plus équitable des PLU (article 10) qui favorise, dans le logement collectif, les toitures plates à étanchéité bitumeuse au détriment des toitures en pente. 

La FFTB propose  que, dans le cadre de décisions d’urbanisme prises au niveau de l’intercommunalité, le point de vue des habitants sur le type de logements qui seront construits soit davantage écouté et pris en compte.
Que proposez-vous pour repenser un urbanisme au plus près des citoyens ?

 

Emmanuel MACRONlogo-En-Marche-NEW

Il faut accélérer la construction dans les zones les plus tendues et  dépasser les traditionnelles frontières de la commune. C’est-à-dire s’adapter aux espaces de vie plus larges dans lesquels les Français vivent, travaillent, pratiquent leurs loisirs et consomment. Dans ces zones prioritaires, les autorisations d’urbanisme, notamment le permis de construire, seront transférées à l’intercommunalité, ou le cas échéant à la métropole, voire à l’État.

Icon arrow Programme de campagne

 

François FILLONlogo-Parti-Republicain-NEW

Il existe une confusion des rôles. Il faut effectivement redonner aux territoires sa capacité de liberté. Les strates se sont multipliées avec les PLU, PLUi, les SCOT, etc.
Peut-être faudrait-il réfléchir à une séparation entre zone tendue (objectifs prescriptifs) et zone non tendue (objectifs intentionnels).
Il faut renverser la schématologie : redonner aux Intercommunalités le pouvoir de libérer le foncier. Le modèle actuel est trop contraignant.

Questionnaire FFTB

 

Benoit HAMONlogo-Parti-socialiste-NEW

Il faut mobiliser les réserves foncières disponibles dans les collectivités, et utiliser le levier des dotations versées aux collectivités pour assurer le respect des objectifs de construction.

Icon arrow Site de campagne

 

Marine LE PENlogo-Front-National-NEW

Il faut en finir avec le mille-feuilles territorial dont les intercommunalités, source de coûts et de complexité. Des agences spécialisées sur les transports, l’eau et toutes les ressources à mettre en commun les remplaceront avantageusement.
Au niveau des communes, trouver un moyen pour consulter les habitants sur le type de logements serait une bonne chose.
Pourrait-on enfin imaginer que pour chaque immeuble construit sur une commune à un prix déterminé, il y ait un appel d’offre avec 3 projets possibles sur lesquels les habitants soient consultés ? Cela pourrait contribuer à sélectionner les plus beaux projets en termes d’architecture et embellir les villes.

Questionnaire FFTB

 

Jean Luc MÉLENCHONlogo-avenir-en-commun-NEW

Une des solutions pour limiter l’étalement urbain, peuvent être des maisons en bande ou de petits collectifs en brique ou terre cuite, en particulier dans le cadre du développement du logement social qui sera le lieu de prototypage puis de réalisation en quantité d’un bâti écologique, ce qui profitera ensuite à tout le secteur de la construction.

Questionnaire FFTB

3.

Une urbanisation
au service des citoyens

Promotion d’un urbanisme répondant aux aspirations des habitants 

Les Français ont des aspirations fortes en matière de logement (vivre ensemble et désir d’intimité par exemple) et il s’agit d’y répondre par de nouveaux modes d’urbanisme qui revaloriseront la maison individuelle (ou ses variantes) plébiscitée par les français comme le logement idéal tout en répondant aux aspirations à des équipements et services de proximité et à la préservation des espaces naturels.

Il est possible de promouvoir des nouvelles formes d’urbanisme avec maison individuelle qui répondent également aux préoccupations en matière de lutte contre l’étalement urbain.

La répartition des compétences urbaines peut être plus efficace pour répondre aux attentes des habitants.

+ La FFTB propose de redonner du pouvoir aux maires en associant les citoyens pour les décisions sur le foncier,
+ La FFTB propose une rédaction plus équitable des PLU (article 10) qui favorise, dans le logement collectif, les toitures plates à étanchéité bitumeuse au détriment des toitures en pente. 

La FFTB propose  que, dans le cadre de décisions d’urbanisme prises au niveau de l’intercommunalité, le point de vue des habitants sur le type de logements qui seront construits soit davantage écouté et pris en compte.
Que proposez-vous pour repenser un urbanisme au plus près des citoyens ?

 

Emmanuel MACRONlogo-En-Marche-NEW

Il faut accélérer la construction dans les zones les plus tendues et  dépasser les traditionnelles frontières de la commune. C’est-à-dire s’adapter aux espaces de vie plus larges dans lesquels les Français vivent, travaillent, pratiquent leurs loisirs et consomment. Dans ces zones prioritaires, les autorisations d’urbanisme, notamment le permis de construire, seront transférées à l’intercommunalité, ou le cas échéant à la métropole, voire à l’État.

Icon arrow Programme de campagne

 

François FILLONlogo-Parti-Republicain-NEW

Il existe une confusion des rôles. Il faut effectivement redonner aux territoires sa capacité de liberté. Les strates se sont multipliées avec les PLU, PLUi, les SCOT, etc.
Peut-être faudrait-il réfléchir à une séparation entre zone tendue (objectifs prescriptifs) et zone non tendue (objectifs intentionnels).
Il faut renverser la schématologie : redonner aux Intercommunalités le pouvoir de libérer le foncier. Le modèle actuel est trop contraignant.

Questionnaire FFTB

 

Benoit HAMONlogo-Parti-socialiste-NEW

Il faut mobiliser les réserves foncières disponibles dans les collectivités, et utiliser le levier des dotations versées aux collectivités pour assurer le respect des objectifs de construction.

Icon arrow Site de campagne

 

Marine LE PENlogo-Front-National-NEW

Il faut en finir avec le mille-feuilles territorial dont les intercommunalités, source de coûts et de complexité. Des agences spécialisées sur les transports, l’eau et toutes les ressources à mettre en commun les remplaceront avantageusement.
Au niveau des communes, trouver un moyen pour consulter les habitants sur le type de logements serait une bonne chose.
Pourrait-on enfin imaginer que pour chaque immeuble construit sur une commune à un prix déterminé, il y ait un appel d’offre avec 3 projets possibles sur lesquels les habitants soient consultés ? Cela pourrait contribuer à sélectionner les plus beaux projets en termes d’architecture et embellir les villes.

Questionnaire FFTB

 

Jean Luc MÉLENCHONlogo-avenir-en-commun-NEW

Une des solutions pour limiter l’étalement urbain, peuvent être des maisons en bande ou de petits collectifs en brique ou terre cuite, en particulier dans le cadre du développement du logement social qui sera le lieu de prototypage puis de réalisation en quantité d’un bâti écologique, ce qui profitera ensuite à tout le secteur de la construction.

Questionnaire FFTB